Nicolas Maury,… auteur vivant jusqu’à preuve du contraire. Interview

Nicolas-Maury-Annecy-2016-Sur-un-plateau-Photo-Y-Perrin
Nicolas Maury et Jean-Paul Alègre Festival 2016-Photo Yannick Perrin

Interview réalisée en 2017

J’écris depuis l’enfance.

Depuis l’enfance j’ai toujours écrit des petits sketchs, des petites scènes … Lorsque j’ai commencé le théâtre au club de mon lycée (Lycée Gérard Philipe, sacrée prédestination !) j’ai commis quelques modestes saynètes… mais c’est effectivement lorsque je me suis mis à m’occuper de nombreux ateliers que l’idée d’écrire « sérieusement » du théâtre s’est imposée. La découverte des pièces de Jean-Paul Alègre m’a donné le coup confiance nécessaire : voilà un artisan, me suis-je dit, qui confectionne des histoires avec cœur et sincérité en pensant à chaque seconde à ceux qui vont les jouer. Alors je me suis lancé et j’ai écrit de nombreuses comédies pour mes groupes d’adultes, d’enfants et d’ados. Puis de belles rencontres m’ont amené à créer des spectacles avec des professionnels puis à voir six de mes textes publiés chez Alna Editeur.

Mon oeuvre ? Une quinzaine de comédies

Mes textes publiés sont « Le trombone » une comédie sur le monde du théâtre pour 4 femmes et 3 hommes, « Drôle avec un grand Elle » une série de monologues au féminin singulier. « Le procès de Molière« . « Des Livres et Nous » une pièce pour ados et les deux volumes de mes « Chroniques du Off« , un décryptage du Festival d’Avignon que j’ai adapté sur scène sous le titre volontairement provocateur de « Fuck Off« .
Pour mes groupes j’ai écrit une quinzaine de comédies bercées au boulevard et au vaudeville .
Ma dernière pièce, créée professionnellement, est « Quentin Woody Steven et Moi » (jouée le 29 octobre 2016 à La Roche-sur-Foron) une comédie romantique et cinématographique .

J’essaie d’écrire un théâtre de personnages plus que de situations, proche d’un parlé quotidien avec des pointes d’humour parfois acides, un peu provocateur (Desproges et l’un de mes maîtres ) et j’espère observateur (Woody Allen en est un autre ).

Et Le Procès de Molière

J’ai longtemps évité Molière dans mon travail d’atelier notamment avec les ados. L’approche trop scolaire que j’ai subie en tant que collégien y étant sans doute pour beaucoup. Et puis, un été, en rangeant mes bouquins, je suis retombé sur quelques pièces de Poquelin que j’ai relues avec infiniment de plaisir. Je me suis demandé comment faire travailler de beaux extraits de ses comédies à des ados sans tomber dans le saucissonnage de texte. M’est alors venue l’idée des personnages emblématiques de ses comédies (Harpagon, Sganarelle, Jourdain, Les Précieuses, Argan, Scapin et d’autres) qui, lassés d’être tournés en ridicule par Molière, lui organiseraient un Procès, l’obligeant ainsi à se justifier de leur création et du rôle de la comédie. Les jeunes acteurs s’en sont donnés à coeur joie et quelques années plus tard j’ai repris la pièce avec des adultes en constatant qu’elle fonctionnait tout aussi bien. Plusieurs profs de français m’ont dit qu’ils l’utilisaient pour aborder Molière autrement. Ce qui me réjouit au plus haut point !

Nicolas Maury - 4

C’est stimulant d’entendre les comédiens donner vie à mon texte

Lorsque j’écris, très souvent je vais vite pour la première version du texte car c’est ainsi que les idées me viennent. J’éprouve beaucoup de plaisir à voir les personnages naître et les dialogues s’installer. Après je retravaille la matière première souvent avec les metteurs en scène et comédiens, j’affine, je nuance… mais l’essentiel est toujours présent dès la première version. Lorsqu’on entend les comédiens donner vie à son texte lors de la première lecture c’est toujours extrêmement stimulant !

Je prépare une création pour Avignon 2017

J’ai écrit trois pièces cet été pour mes ateliers : une pour enfants sur le thème de la peur, une pour ados intitulée « Les Mots Sont l’Emotion » et une comédie gériatrique pour adultes « Hospice and Love« . Pour mes projets personnels :  Je suis en train de travailler sur une prochaine création pour Avignon 2017… c’est encore un peu flou mais ce sera avec la même équipe qui a porté « Fuck Off » et « Quentin Woody Steven et Moi ».

 

Propos recueillis par Guy Dieppedalle
Architecte de mots éphémères

Vidéo Quentin, Woody, Steven
Vidéo Le procès de Molière

Nicolas Maury sur Facebook
Alna Editeur Le site

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s